La Vie Sauve : Biographie de Fanny Haïte-Barouh

la vie sauveFanny Haïte-Barouh, née le 12 août 1929, et son frère aîné Boris furent témoins, en 1942, de la déportation de leurs deux parents par des policiers français.

Comme beaucoup de Juifs, ils ne revinrent jamais vivants du camp de concentration d’Auschwitz en Pologne où ils furent exterminés.
En revanche, des circonstances inexpliquées protégèrent les deux enfants et ils eurent la vie sauve.
Orpheline à l’âge de 13 ans, elle vécut pendant quatre ans cachée dans l’Institution religieuse catholique de la Croix à Antony.
Après la guerre, son mariage avec Charles Pollak s’accompagna des premières désillusions : un divorce prononcé à ses torts, avec la perte de la garde de sa fille Ida.
Puis, sa rencontre avec Roger Guerbette, son deuxième mari, et la naissance de leur fils Pascal lui redonnèrent un nouvel espoir dans la vie.
Malheureusement, le destin vint à nouveau frapper à la porte : tous deux décédèrent successivement des suites d’un cancer.
Après ce bonheur brisé, une nouvelle rencontre allait lui permettre de se lancer dans une grande et longue aventure : la gérance d’un garage avec l’aide de son troisième mari, Marcel Barouh.
Aujourd’hui divorcée, elle vit seule une retraite paisible dans le sud de la France, au Cannet, où elle reçoit avec joie ses deux petits-enfants, Jessica et Alexandre, en vacances.
Pour moi, ce fut un réel plaisir de la connaître.
Angélique Brillet
Ecrivain Biographe

Voici quelques mots sur ce livre

J’ai lu ce livre durant les vacances. J’aime les biographies car ce sont des histoires vraies et j’ai l’habitude de m’identifier à l’auteur. Cette histoire se lit bien. On n’a pas besoin de lire la moitié du livre pour se laisser emporter par le récit.

Fany a eu beaucoup de chance de vivre longtemps, elle aurait pu mourir dans ces camps nazi. Et on est heureux pour elle de voir que finalement elle ne s’en sort pas si mal. Mais elle a eu aussi son lot de malchance par la suite. Je suis impressionné par la persévérance qu’à fait preuve Fany tout au long de sa vie face aux épreuves de la vie.

Ce récit pousse à la réflexion sur notre sort. Il nous aide à relativiser nos difficultés passagères et apprécier tout ce qu’on a. Nous sommes en vie en sécurité et nous avons finalement beaucoup de chance.

 

Ce livre est vendu au format électronique chez amazon et au format papier auprès de l’éditeur Angélique Brillet

Avis sur hotel Montanamar à Lloret de Mar Espagne

Comme je reviens d’un séjour en Espagne dans un hotel réservé sur internet, je reçois un email me proposant de mettre mon avis sur l’hotel que j’avais réservé. C’est ce que j’ai fait. Je me demande si mon avis n’est pas arrivé dans la boite à spam. Bref cela me pousse donc à utiliser d’autres moyen pour le donner. Peut être était il un peu trop négatif. On sait que les avis positifs sont payants. Alors le voici

Ce résumé est bien sûr subjectif mais comme on ne peut pas faire confiance aux avis des sites de réservations à cause du trop grand nombres d’avis achetés, voici un avis personnel.

http://hotelmontanamar.com/

On voulait passer une semaine de vacances bon marché. Alors on ne s’attendait pas pas à des choses extraordinaires. De toute façon en été on vit dehors et l’hotel est juste pour dormir.

  • Pas de wifi dans les chambres : Pour avoir le wifi, il faut aller à l’accueil et il fonctionne de façon aléatoire. Ce point a été pour moi très important. On aime pendant les vacances partager et parler sur internet avec skype pour autres services semblables.
  • Si vous avez la chambre 403 : Pas de chance car elle donne sur une maison louée par des groupes de jeunes bruillants. Si on laisse la porte du microbalcon (0.3 m3) ouverte, on entend une simple conversation. Alors quand un groupe de 20 ou 30 personnes sont très alcoolisés et rendrent à 3 heures, cela donne une nuit blanche. Impossible de se reposer avant 5 heures. Une plainte auprès de la direction et une intervention de la police a pu aider un peu les chose. Mais malgrès des efforts, le bruit portait trop bien vers notre chambre.
  • Isolation phonique : On entantait très bien la douche des voisins, une porte qui grince des voisins ou d’autres bruits bizarre parfois. La picine pour enfant au dessus offrait des bruits plus sympatiques de plouf et d’autres sonorités aquatiques
  • Sur 4 matelas,  2 donnaient mal au dos à causes de tiges métaliques se trouvant à l’intérieur.
  • La nouriture étaient moyenne et souvent la même chose. Le jus d’orange ressemblait à de l’eau légèrement colorée. Peu de chose pour manger le matin si on excluait ce que nous n’aimions pas.
  • Heureusement que le personnel était très sympatique, cela nous aide à oublier ces désagréments.

Voir  Aussi

Ecrivain public à Nice

Angélique Brillet écrivain publique à Nice

Si vous avez besoin qu’on vous aide à écrire votre biographie, un discours ou tout autre texte, Angélique Brillet écrivain publique peut vous aider.

Je l’ai rencontré dernièrement. C’était une retrouvaille car je la connaissais depuis longtemps et je l’avais perdu de vu. J’ai trouvé l’idée intéressante.

Elle vous prête sa plume pour écrire les mots qui vous ressemblent. Ces mots qui racontent, sans vous trahir, l’histoire de votre vie. Elle anime également des ateliers d’écriture. C’est un espace où plusieurs personnes partagent le plaisir d’écrire et de lire leurs textes sous la conduite d’une animatrice qui propose par des consignes suggestives des pistes d’écriture.

Plus d’info sur www.angeliquebrillet.fr

Randonnée au trou à l’ours

Départ Pont de Nant : on peut y parquer la voiture. On commence le sentier didactique qui est balisé. Un jardin botanique nommé « La Thomasia » compte plus 3 000 espèces de plantes avec plus de 400 genres.

Au bout de la vallée on continue et le chemin devient un sentier à flan de montagne. On a des points de vues intéressant. On monte de 1350m à environ 1650m. A un certain endroit on est obligé de passer par une grotte ayant pour nom le trou à l’ours. Il faut enlever le sac à dos sinon on ne peut pas passer. C’est sportif et il faut être souple.

La descente fait sentir la fatigue. C’est une super randonnée de difficulté moyenne mais il est conseillé de prendre de bonne chaussure et d’avoir une bonne condition physique.